His_Devil__Comm__by_WrenStormbringer_1_

En traversant le silence sinistre au fil des frissons sur une route jonchée de têtes plantées sur des lances,hommes,femmes et enfants,tous étaient massacrés sans état d'âme.

"O,créatures bienveillantes à la bonté clairvoyant,

Enfants des fleurs frémissantes partis vers l'oubli,

Je suis blessé,mortelle dans mes blessures,

Un silence resplandissant de caresse millénaire,

Songe sans parole dans une esquisse,

Age venu de la douceur de l'ode,

J'aimerai m'arrêter avec vous dans le jardin secret,

Mon âme se fond à jamais dans la beauté de vos coeurs,

J'aimerai pouvoir briser le fond de l'éternité,

Lorsque la flamme s'éteindra,

Je rencontrerai l'exil dans une vapeur de beauté et d'amour,

Le poids de la douleur me déposera alors,

Devant l'abîme immobile des rêves solitaires."

51

Aussitôt,un nombre impressionnant de gardes m'encerclait et j'étais arrêter dans ma tristesse et hors de ma pensée.

Battu de coups,fouetté et lacéré de toute part jusqu'à ce que mon sang abreuve chaque pavé de la geole souterraine,mon agonie avait cessé longtemps après ce que je ne ressentais plus les coups.

Mon chatîment était des plus endolori et un jour,ils décidèrent de m'abandonner très loin dans des étendues inconnues et dangeureuses à l'affût des monstres et de bêtes sauvages.

Banni et enchainé à la roue futile du destin,ma vie était consciencieusement graver dans les brides de la prophétie.

Un fasme ressemblant à une tige légèrement bourdonnant se posait près de moi et mon regard se dissipait dans une obscurité inaccessible à l'homme.

Je pensais que ma délivrance était enfin affranchi et que ma liberté était enclin dans la mort.

Pourtant,mes paupières s'ouvraient à nouveau,mon tourment qui était lié à une source imperceptible de corruption était arracher à une sorte de purgatoire spirituel.

Je me réveillais en me trouvant dans un monde enchanté,peuplées de créatures légendaires et féerique.

da8669600995a779

Ici et là,volaient en tout sens,des fées minuscules dont les ailes reflètaient la lumières du soleil,qui par la suite engendraient une fluorescence spectaculaire de couleurs.

D'autres créatures se mêlaient harmonieusement à elles comme les Lutins,les Gnomes et les Leprechauns.

Le soir venu,je pouvais distingué entre les branches et les grands arbres les Korrigans et les Farfadets.

Dans cette partie retirée du monde où tout était encore paisible,les lucioles volaient en éclairant même les endroits les plus sombres de la forêt.

Sisters_Three_by_WrenStormbringer_2_

A leur côté,j'apprenais à dompter les cinq éléments essentiels de la vie; l'eau,la terre,l'air,le feu et le bois ainsi qu'à renforcer et à utiliser mon énergie spitituel.

Les mois passaient et je me sentais autre que moi même,j'avais changer,j'étais destiné à être le protecteur des mondes  enchantés.

Pendant ce temps le roi des sept vallées qui détenait maintenant le talisman du dragon avait perdu la raison et dans son orgueil faisait régner la terreur non seulement sur les terres des hommes mais aussi sur celles des créatures anciennes.Le monde était vouée à sa perte.

Je quittais avec regret mes nouveaux amis et me voilà en route pour une nouvelle quête.Je devais détruire et anéantir inexorablement ce tyran ronger par le désir immodéré et impérieux de règner en sa démeusure.

Je rassemblais alors une armée constitués d'hommes,d'ogres,de trolls et de créatures anciennes.Inimaginable ce destin fastidueux car l'une des fées me racontait qu'un soldat orné d'un capuchon avait déposer mon épée près de moi cachée par un vieux tissu.Elle avait été attirée par le regard de ce soldat,il possédait un regard bien étrange,ses yeux étaient bleu,envoûtant et là où il se tenait,se posaient des dizaines de papillons.

17292265_1_

Me voilà agréer vers une destinée impavide et aléatoire.

Grâce à mes nouveaux pouvoir et à ma nouvelle connaissance,nous avancions et brisions un à un les murs de nos ennemis.

La grande bataille allait être écrit et graver dans les mémoires de la terre et nous savions qu'elle était sans l'ombre d'un doute en notre défaveur.

Quand les cors retentissaient,les pas et les cris s'étouffaient,le fracas des épées résonnaient et les soupirs s'évadaient.

Les jours s'estompaient et les gémissements s'entremêlaient aux âmes parties dans l'au delà.17294164_1_