Couverture affiche

Extrait du chapitre 5

          De gros nuages continuaient à cacher le soleil, rendant le combat plus laborieux. L'épée d'Eïleen était maintenant couverte d’une couleur rouge vif et son poids avait changé, comme si sa lame avait emprisonné l’âme de ses victimes. La jeune elfe, elle aussi rouge de sang, commençait à se fatiguer et l'ennemi, toujours aussi nombreux, reprit le dessus. Dès l'instant qu'elle s'affaiblit et que son courage défaillit, ses coups d'épée perdirent de leur tranchant. Elle puisa dans ses dernières forces alors qu'Anyia recevait une flèche en pleine jambe.

          Malgré la douleur, la courageuse princesse continuait à se battre. Pourtant il y a bien une limite que même le plus vaillant des guerriers ne pourrait dépasser et, tôt ou tard, l'ennemi en profiterait. De nombreux corps d'hommes et d'elfes gisaient autour des deux princesses, ils baignaient dans une mare de sang.

          Silgûren était blessé de toute part, le sang s’échappait de ses coupures et ruisselait le long de son corps. Dépourvu de force et incapable de continuer à se battre, il tomba à genoux, s’avouant vaincu. Son adversaire souleva sa hache et s'apprêtait à mettre un terme à ses souffrances.

          À quelques pas, profitant du déclin des forces alliées, un jeune barbare bondit sur Eïleen en la basculant au sol. Il souleva son arme pour la priver à jamais de sa vie. Étrangement, même si son cœur battait très vite, l'Elfe de Délénia n’avait plus peur de mourir. Elle allait être libérée de toute la vision épouvantable qu'elle avait eue depuis son arrivée sur ces terres. Elle ferma les yeux un court instant, puis les rouvrit afin de voir le tranchant de la hache s’abattre sur elle et affronter sa fin comme une véritable skjaldmö.

          « C'est donc ici, sur ces terres, que s'achève le chapitre d'une époque paisible ? La trêve est bafouée par un ennemi venu d'ailleurs. Je suppose qu'il y a un temps pour la paix et un autre pour la guerre ! Je me rends compte de la fragilité de notre existence, mais peu importe, mon âme partira pour le Royaume des Ombres. Je veux mourir digne, comme mes ancêtres, comme faisaient les valkyries sur le champ de bataille, l'arme à la main. C'est un privilège auquel je tiens ! Je veux que mon père soit fier de moi. Si seulement la perte de ma vie pouvait rétablir la paix et permettre le retour de la lumière sur terre ! Hélas, c'est véritablement la fin ! »